SPECTACLES 2011
Rayon X

A sa Façon, résolument contemporaine Karine Saporta s'empare ici des codes du spectacle érotique pour les décaler et les rénover radicalement.

 

Loin des plumes et des paillettes désuètes du Music Hall, la chorégraphe évoque pourtant à certains moments avec délices l'héritage des "effeuilleuses" du début du siècle dernier et multiplie les clins d'œil aux stratégies savantes qui faisaient se pâmer le tout Paris assoiffé de plaisir, de l'époque.

 

Mais le spectacle ne tient pas tout entier dans ces évocations ludiques de la danse érotique, il opère sans cesse des renversments, passant de "l'invraisemblable" au "vraisemblable" humain trop humain.

 

 

Lire la suite...
 
Notes

Rencontre d'une chorégraphe, d'un quatuor à cordes (composé de solistes d'Ars Nova), et de l'art multimédia.

 

Qu'il s'agisse de "Violin Phase", "Different Trains" ou "It's gonna rain", l'écriture de Steve Reich se fonde sur un système répétitif que la chorégraphe Karine Saporta s'est attachée à rendre sensible de la manière la plus dépouillée et la rigoureuse possible.

 

Compagnie Karine Saporta

Karine Saporta, chorégraphe

 

Quatuor THYMOS

Gabriel Richard, violon

Eiichi Chijiiwa, violon

Nicolas Carles, alto

Marie Leclecq, violoncelle

 

 

Lire la suite...
 
La Princesse de Milan

La Princesse de Milan, Reprise 2011, Création 1991

 

Un opéra chorégraphique d'après la Tempête de Shakespeare.

Karine Saporta, Michaël Nyman

 

En se faisant accompagner pour la musique par Michaël Nyman, le célèbre compositeur du cinéaste Peter Greenway, et par Jean Bauer pour les décors, la chorégraphe va traiter l'illusion comme personnage à part entière qui servira de détonnateur à la somptuosité atmosphérique de la pièce.

 

 

Lire la suite...
 
MATER(RE)

Karine Saporta a imaginé une œuvre chorégraphique à partir de son œuvre photographique sur le thème du sein nourrissier.

 

Vierges à l'enfant, inspirées de l'histoire de la peinture occidentale et femmes actives des temps modernes : les personnages féminins photographiés ont ceci en commun qu'elles portent contre leur corps un petit être dont elles sont en mesure d'assurer la survie grâce à la production de leur propre chair.

 

 

Lire la suite...