(A ma mère) La Fiancée aux Yeux de Bois

Création 1988
Festival d'Avignon

 

"Il y a un point, une ligne où s'arrêtent le pouvoir de la pensée, le champ de la perception, la mobilisation des facultés qui conduisent à l'action, à la fabrication... à la création. Il y a un seuil au-delà duquel se défont la puissance et le désir... la vie psychique même. je parle du seuil de l'âme. Enfant bercée par les propos romantiques d'une famille ayant traversé pour une longue période de son histoire la Russie... j'entendis souvent cette expression de "l'âme russe". Au moment où devenue adulte je retrouve le terrible vertige des balançoires métaphysiques, je me sens assoifée (comme par une sorte de hasard?) de la poésie d'une Marina Tsetaeva ou d'autres... Akhmatova, Mandelstam (pour ne citer qu'eux d'une longue liste d'écrivains, auteurs dramatiques, etc...).

 

 

Assoiffée de "sérieux", d'un sérieux échappant à la dimension productive et matérielle, sérieux auquel l'on est plus absolument sûr d'avoir droit publiquement et en dehors de "l'isoloir du cœur". Ce qu'il y a d'extraordinaire dans la tradition russe: c'est une permanence dans l'art à travers les situations effrayantes: d'un centre sensible "pur", dont surgissent prioritairement la question éthique et celle de l'attachement à la vie. En fait, bien plus que la "Russie", cette chorégraphie que je crée, mentionne peut-être la peur que la métaphysique n'ait plus de lieu d'invocation... ni d'évocation. Elle mêle mes préoccupations d'étrangère à un certain monde "désanimé" aux traces exclusivement antiréalistes d'une terre lointaine, mytique Russie réinventée."

 

 

Karine Saporta

Extraits de presse au sujet du spectacle :

 

"Une voie ferrée traverse la scène : un danseur soulève une valise contenant une danseuse ; d'autres tourbillonent, pendus à des cordes. D'étranges et belles visions et une inexpugnable mélancolie."

 

Danser

 

"Pour la première fois, du moins le revendique-t-elle clairement, la chorégraphe se lance dans l'autobiographie et essaie de mettre en place les visions fantasmées d'une Russie fictionnelle élaborée à partir de lambeaux de souvenirs d'enfance et d'émotions très récentes, ressenties à l'occasion d'un voyage en Union Soviétique."

 

Chantal Aubry

 

Une coproduction Compagnie Karine Saporta, Festival d'Avignon, Hippodrome/CAC de Douai, Théâtre de la Ville/ Paris, les Gémeaux/ CAC de Sceaux.